Aller au contenu principal

La Vérité est dans la connaissance.

Dans l’Antiquité l’Homme au sommet de son cheminement philosophique, proclamait : « In vino, Veritas ». Aujourd’hui, l’Homme doit savoir que « La Vérité est dans la connaissance ». Certains prétendront à tort que la Vérité n’existe pas. Qu’il n’existe qu’une vérité à la carte dont chacun peut se prévaloir et en revendiquer la légitimité. Il faut se rendre à l’évidence que ces hommes sont dans l’ignorance et dans l’erreur.

L’Église dans son autoritarisme a prôné sa vérité à travers les siècles. C’est ainsi qu’à ses moments les plus sombres elle a imposé dans le cadre de l’Inquisition ses croyances et ses convictions par la persuasion, coercitive au besoin. Lorsque cela ne convainquait pas, elle imposait ses dogmes et ses croyances par le châtiment. Ainsi on a assisté en 1600 à la condamnation de Giordano Bruno, lequel a brûlé vif sur le bûcher le 17 février de la même année, que l’on a puni pour avoir prétendu que Dieu avait créé des mondes autres que le monde terrestre. En effet, « sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, il a montré, de manière philosophique, la pertinence d’un univers infini, peuplé d’une quantité innombrable de mondes identiques au nôtre. Accusé d’hérésie par l’Inquisition, notamment pour ses écrits jugés blasphématoires et son intérêt pour la magie, il a été condamné à être brûlé vif au terme de huit années de procès» (Wikipédia). Il refusa de renier ses convictions et il périt dans les flammes. Meurtre, hypocrisie, intolérance, opiniâtreté et fermeture d’esprit de la part de certains théologiens de l’Église catholique.

Quelques années plus tard, Galileo Galilei, grand penseur, philosophe du XVIIe siècle confirmait que la Terre tournait autour du Soleil. Affirmation produite à la suite de la découverte du relief de la Lune ainsi que de la révolution des lunes de Jupiter qu’il observa dans sa lunette astronomique. Ce qui dérangea grandement la très sainte mère l’Église laquelle appuyait l’enseignement séculaire d’Aristote à l’effet que la Terre était le centre de l’Univers autour de laquelle révolutionnaient les astres du ciel. Le tout se révélant en harmonie avec l’enseignement de la Bible qui plaçait l’Homme au centre du monde. Confronté également au tribunal de l’Inquisition, Galilée a dû abjurer ses convictions découlant de ses connaissances acquises par l’observation du ciel basée sur des méthodes scientifiques. C’est ainsi que le 22 juin 1633, au couvent dominicain de Santa-Maria, la sentence est rendue : Galilée est condamné à la prison à vie, peine immédiatement commuée en résidence à vie par le pape, son ami Urbain VIII, et son ouvrage est interdit. Quoique probablement apocryphe, sa déclaration: « Eppur si muove – et pourtant elle tourne (…sur elle-même et autour du Soleil) », confirme, s’il en est, que Galilée croyait envers et contre tous qu’il savait détenir la Vérité. Mais devant la menace de souffrances annoncées, il a préféré abjurer ses convictions. Duplicité, hypocrisie, intolérance, opiniâtreté et fermeture d’esprit de la part de l’Église catholique.

Celle-ci a corrigé sa turpitude et son iniquité envers Galilée près de 4 siècles plus tard en la personne du pape Jean-Paul II qui a déclaré le 31 octobre 1992 que : « Si l’Écriture ne peut errer, certains théologiens du XVIIe siècle étaient dans l’erreur». Cela démontre bien que la Vérité puisse être et ultimement triompher. Cette Vérité unique, universelle ne sera pourtant atteinte que lorsque l’Homme aura acquis par l’instruction et le savoir, la connaissance universelle. La Terre ne tourne-t-elle pas autour du Soleil pour tout le monde, pour chacun d’entre nous? Henri Poincaré écrivait dans « La science et l’hypothèse », en 1902, que « L’expérience est la source unique de la vérité : elle seule peut nous apprendre quelque chose de nouveau; elle seule peut nous donner la certitude. Voilà deux points que nuls ne peut contester.»

C’est la connaissance de l’Homme et de son Univers qui lui permettra d’acquérir la sagesse nécessaire pour abattre les monstres de son ignorance et confirmer hors de tout doute qu’« In scientiam, Veritas ».

François Langlois

Pérou : des peuples inconnus sortent de la forêt › Homme › Le Journal de la Science

Pérou : des peuples inconnus sortent de la forêt › Homme › Le Journal de la Science.

New method proposed for detecting gravitational waves from ends of universe 5/16/13: Nevada Today: University of Nevada, Reno

A new window into the nature of the universe may be possible with a device proposed by scientists at the University of Nevada, Reno and Stanford University.

viaNew method proposed for detecting gravitational waves from ends of universe 5/16/13: Nevada Today: University of Nevada, Reno.

Dossier L’histoire de l’univers

Dossier L’histoire de l’univers.

Dossier  L'histoire de l'univers

L’expansion de l’Univers.

La découverte d’un Univers en expansion fut l’une des grandes révolutions intellectuelles du vingtième siècle. Avec le recul, on peut se demander pourquoi personne n’y avait pensé avant…Newton et les autres auraient dû comprendre qu’un Univers statique se serait rapidement contracté sous l’influence de la gravitation.

…Mais la croyance en un Univers statique était si forte qu’elle persista jusqu’au début du vingtième siècle.

«Petite histoire de l’Univers», Stephen W. Hawking

Image

Le principe d’indétermination d’Heisenberg

La propriété intrinsèque de la description quantique de la matière, plutôt que l’indétermination liée à la mesure, caractérise qu’une particule ne peut être décrite, voire qu’un système de particules ne peut être conçu, comme ayant une position et une vitesse mieux déterminée que ce qu’autorise la relation d’Heisenberg.

Werner Heisenberg, né en 1901, formula qu’on ne peut connaître simultanément la position x et la quantité de mouvement p d’une particule avec des précisions respectives (delta x et delta p) relativement petite. Cette incertitude quantique passe inaperçue compte tenu de la très faible valeur de la constante de Planck ( h = 6.626 X 10-34 joules X s ), laquelle est en relation dans les calculs.

Dans la mécanique classique, l’incertitude quantique passe ainsi inaperçue compte tenu de la très faible valeur de la constante de Planck h. En mécanique classique, tout se passe comme si la constante de Planck h était nulle. Ainsi la mécanique classique est une bonne approximation de la mécanique quantique quand h –> 0. De la même manière que la mécanique classique est une bonne approximation de la mécanique relativiste quand  v << c.

re: «Les indispensables mathématiques et physique pour tous», Alexandre Moatti

__________________________________________________________________

Le « principe d’incertitude » de Heisenberg est en général résumé ainsi : « on ne peut connaître simultanément la position et la vitesse d’une particule ». Cette formulation sous-entend qu’il existe une position exacte et une vitesse exacte de ladite particule, mais que nous serions incapables de les connaître simultanément. Ce qui est faux. Il vaudrait mieux parler de « principe d’indétermination ». Car la bonne façon d’interpréter ce principe consiste à dire qu’une particule ne possède jamais en même temps une position et une vitesse exactes. En physique quantique, une particule n’est pas représentée comme une bille microscopique qui aurait à la fois une position et une vitesse déterminées. Prises ensemble, ces deux propriétés ne peuvent jamais être affectées au même moment à une particule donnée. Quant à la notion de trajectoire, qui suppose qu’en chacun de ses points soient connues la vitesse et la position de la particule, elle perd une grande partie de son sens. Si l’on ne fait pas de mesure sur une particule, celle-ci n’a ni position ni vitesse bien définies. Même si cela peut sembler incroyable, c’est la mesure elle-même qui oblige la particule à avoir une vitesse s’il s’agit d’une mesure de vitesse, ou une position s’il s’agit d’une mesure de position. Le principe de Heisenberg impose donc une limitation à la représentation corpusculaire des particules : il indique en somme jusqu’où on peut aller trop loin avec les concepts classiques. Si on les projette sauvagement dans le monde quantique, ils apparaissent comme indéterminés. C’est un peu comme si l’on demandait : « quel est le sexe d’un tiroir ? » Cette question n’a pas de sens.

re: http://planete.gaia.free.fr/sciences/physique/quantic/infini.html

(en construction)

Réflexion sur la gravitation

En construction…

À 10-43 seconde après le début du Bigbang, la température a suffisamment baissé pour que la force gravitationnelle se sépare des trois autres interactions. C’est à partir de ce moment que la physique permet de comprendre les différents phénomènes qui se produisent. La gravité sera dorénavant décrite en 1915 par la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein, les trois autres forces par la mécanique quantique qui a établi ses bases au XXe siècle sous la gouverne des Neil Bohr (les nuages d’électrons, les orbitales), Werner Heisenberg (principe d’incertitude), Paul Dirac (l’antimatière), Wolfgang Pauli (inventions des neutrinos en 1930), Erwin Schrödinger (expérience de pensée, le chat de…), Richard Feynman (les équations…), etc.

À partir de quelle masse deux objets en interaction subiront-ils une influence entre eux? Existe-t-il une masse, si infime soit-elle, à partir de laquelle la gravitation devient opérante? Tout objet étant composé d’un assemblage d’atomes, de molécules, à partir de quelle masse de molécules assemblées la force gravitationnelle se met-elle en action? Y a-t-il une masse en dessous de laquelle la force gravitationnelle est inexistante? Le monde physique est composé de particules auxquels 4 forces ou interactions exercent une influence:

  • – La force nucléaire forte permet notamment de lier les quarks entre eux, pour former par exemple des protons et des neutrons.
  • – La force nucléaire faible est responsable de la transmutation des particules.
  • – La force électromagnétique maintient la stabilité de l’atome.
  • – Et la force gravitationnelle est responsable de l’attraction entre les masses.

 

Y a-t-il une masse en dessous de laquelle la force gravitationnelle à défaut d’être inexistante ou non opérationnelle, une deuxième, une troisième ou une quatrième force s’avère plus importante que la gravité? Cette force ou ces forces plus importantes étant probablement significatives dans le monde microscopique de la physique quantique. Et quelle est la valeur de cette force ou de ces forces à partir de laquelle ou lesquelles la force gravitationnelle devient prépondérante dans l’équilibre des corps. À partir de quelle valeur la force gravitationnelle entre deux masses permet-elle l’agglutination de la matière dans le processus de la création des étoiles, des planètes et autres objets célestes? Et avant que ne puisse s’exercer la gravité entre deux masses potentiellement trop faibles, de quelle manière, qu’elles sont les forces en interaction permettant l’accumulation de la matière jusqu’à ce que la gravité puisse jouer son rôle et entrer en action, permettant ainsi la formation des corps macroscopiques dans l’Univers.

Les surfaces rouges indiquent une gravitation plus importantes que les surfaces bleutées.

Si les gravitons existent, font-ils nécessairement partie de l’atome et non de la molécule? En effet, si le graviton était une particule qui venait s’incorporer à une molécule… ou un amas de molécules. S’ils font partie de l’atome, est-ce leur faible force (minime) à l’échelle atomique qui fasse qu’on ne les découvre pas? Si le graviton est fonction de la masse des objets, est-il possible que le graviton soit en relation avec le boson de Higgs puisque c’est cette «particule de Dieu» qui serait responsable de la masse dans l’Univers? Et si tel était le cas, comment expliquer que la gravité quantique fut séparé des interactions faibles, fortes et électromagnétiques à 10-37 seconde et que le mécanisme de Higgs fut mis en fonction à 10-10 seconde après la singularité primordiale (Big Bang). S’il y avait un lien entre la force gravitationnelle et l’existence du boson de Higgs celui-ci devrait en toute logique avoir précédé la séparation de la force gravitationnelle des trois autres forces.

Si le Soleil se désagrégeait  la force que celui-ci exerce sur les astres soumis à son attraction ferait-il en sorte que ceux-ci seraient libérés instantanément de son influence tel un yo-yo tournoyant autour de la main dont la corde casse projetant celui-ci au loin? Ou bien la cassure serait-elle opérationnelle seulement 8 minutes après l’évènement telle la lumière voyageant à près de 300 000 km/s en ce qui concerne la Terre et sa lune. Et un temps proportionnel à la vitesse de la lumière en ce qui à trait aux autres objets en orbite autour du Soleil. «Nous avons la réponse dans la théorie de la relativité générale qui impose à la propagation de la gravité, ainsi qu’à tout autre mouvement dans l’Univers, une vitesse limite, celle de la lumière. La gravitation ne peut donc pas agir instantanément à n’importe quelle distance: en un point donné de l’Univers, la gravitation due à des masses situées à des distances infiniment grandes met un temps infini à agir. La gravité d’une masse quelconque ne peut donc s’exercer simultanément sur tous les  éléments de matière présents dans l’ensemble de l’Univers.» re: La Physique du cosmos – Voyage à travers l’Univers.

[Traduction: En décembre 2012, des scientifiques chinois ont révélé qu’ils ont trouvé des preuves appuyant l’hypothèse que la gravité se déplace à la vitesse de la lumière à partir des données tirées de l’observation de marées terrestres.

RE: http://news.xinhuanet.com/english/sci/2012-12/27/c_132067538.htm

Les scientifiques ont essayé de mesurer la vitesse de la pesanteur depuis par des expériences et des observations, mais quelques-uns ont trouvé des méthodes valides.

En effectuant six observations du total des éclipses solaires et annulaires, ainsi que les marées de la Terre, une équipe dirigée par Tang Keyun, un chercheur à l’Institut de Géologie et Géophysique de l’Académie chinoise des sciences (CAS), a constaté que la formule newtonienne marée de la Terre comprend un facteur lié à la propagation de la gravité.

« Terre marée» se réfère à un petit changement dans la surface de la Terre causé par la gravité de la lune et du soleil.

Sur la base des données, l’équipe, avec la participation de l’Administration sismique de Chine et l’Université de la CAS, a constaté que la force gravitationnelle libérée par le soleil et la force gravitationnelle enregistrées aux stations au sol sur la Terre ne se déplace pas à la même vitesse, à l’ différence de temps exactement le même que le temps que met la lumière pour voyager du soleil pour stations d’observation de la Terre.

Les scientifiques ont admis que les stations d’observation sont situés près des océans, ce qui indique que l’influence des marées océaniques aurait pu être assez fort pour interférer avec les résultats.

Par conséquent, l’équipe a effectué des observations séparées de marées terrestres à partir de deux stations au Tibet et au Xinjiang, deux régions intérieures qui sont loin de tous les quatre océans, ainsi que des mesures ont pris pour filtrer d’autres perturbations potentielles.

En appliquant les nouvelles données de l’équation de propagation de la gravité, l’équipe a constaté que la vitesse de la gravité est d’environ 0,93 à 1,05 fois la vitesse de la lumière avec une erreur relative de l’ordre de 5 pour cent, en fournissant la première série de preuves solides montrant que la gravité se déplace à la vitesse de la lumière.

Leurs résultats ont été publiés en anglais par l’allemand science et la technologie le groupe d’édition Springer.

Articles publiés en chinois et en anglais sera effectué dans un Janvier 2013 édition du Bulletin des sciences chinoise, selon l’Institut CAS de géologie et de géophysique.]

 

nébuleuse planétaire

La masse du Soleil explosé modifierait-elle alors la force gravitationnelle responsable de la courbure de l’espace-temps décrite par Albert Einstein dans sa théorie de la Relativité générale? L’explosion du Soleil ou de toute autre étoile de masse suffisante à la création d’une courbure spatio-temporelle aurait comme conséquence la formation d’une nébuleuse planétaire dispersant les matériaux des différents éléments qui la composent dans l’espace-temps intersidéral. La quantité initiale de matériaux composant l’étoile s’en trouverait diminuée d’autant, ces matériaux transformés en nuages de gaz, de matière (gravas, poussières) et d’énergie dilués dans un volume agrandi. Questions: Quel serait l’impact de cette transformation de la masse de l’étoile en nébuleuse planétaire par rapport à la courbure de l’espace-temps dans son voisinage? Quelle serait l’évaluation de la perte de la masse de l’étoile explosée? En quoi le volume varié d’un corps de même masse (influer) influencera-t-il la courbure de l’espace-temps? Quel en sera l’impact sur l’évaluation de la force gravitationnelle?

Question: Le yo-yo tournoyant qui quitte l’orbite de la main lorsque la corde casse semble-t-il instantanément projeté au loin à cause de la courte longueur du fil qui le retient à la main? Si la corde était coupée près de la main au lieu d’être coupée près du yo-yo, la libération du yo-yo serait-t-elle plus lente que plus rapide si la corde mesurait 600 000 km?

Les molécules étant un assemblage d’atomes, les gravitons (s’ils existent) seraient des particules incluses dans chaque atome et ne pourraient donc pas faire corps directement au niveau de la molécule comme tel. C’est l’importance plus ou moins grande de la masse des corps qui influe sur la démonstration plus ou moins grande de la force gravitationnelle. Cette même masse influençant d’autant la courbure de l’espace-temps de telle sorte que se crée ce champs gravitationnel qui  attire les corps l’un vers l’autre. C’est la quantité d’atomes par volume donné qui forme la masse nécessaire à la création de la force gravitationnelle. Ce serait donc la quantité d’atomes par volume et son poids nucléique qui font en sorte que la masse soit plus ou moins importante pour influer sur la courbure de l’espace-temps. Si la graviton existe, il ferait donc partie intégrante de chaque atome. C’est aussi ce qui explique la faible force évaluée pour chaque graviton inclus chaque atome, leur concentration (nombres de gravitons) par volume étant responsable de l’importance plus ou moins grande de la force gravitationnelle en action. Ainsi, si le graviton avait une force plus importante de seulement quelque nuances de pourcentage, il a été démontré que l’expansion de l’Univers n’aurait pas pu s’étendre et l’accrétion de la matière permettre la formation des éléments la composant, l’Univers se repliant sur lui-même trop rapidement dans un Big crunch prématuré. Inversement, si la force gravitationnelle avait été moins importante, l’expansion des particules primordiales dans l’espace créé n’aurait pas pu être soumis à la force gravitationnelle car la courbure espace-temps nécessaire à sa réalisation n’aurait pas pu être effective. Les quelques particules primordiales ne pouvant pas être mises en interaction, cela aurait comme conséquence un Univers en expansion à l’infini et empêchant également la formation des étoiles, essentielle à la création de l’ensemble des éléments composant le monde connu.

________________________________________

S’il existe une température limite de 0°K (-273°C) à laquelle est associé un état statique de l’espace où plus rie ne bouge, où le froid est maître absolue et dont l’état produit le phénomène de supraconductivité auprès de certains métaux lorsque ceux-ci sont refroidis près du zéro absolu (-273°C) faisant disparaître soudainement leur résistance électrique, est-il possible qu’à l’opposé il puisse exister une température limite à la chaleur qui ait comme résultat qu’au-delà de laquelle les lois régissant la physique et la chimie des éléments changent par rapport à celles connues. (MOND).

La possibilité de transmettre l’information dans un circuit soumis à une température qui se rapproche du 0°K, pourra-t-il permettre que les données émises puissent «voyager» à une vitesse superluminique (supraluminique)  ou être pressenti comme tel entre deux points dans la portion de l’espace soumise à une telle température minimale. Et qu’ainsi, l’information envoyée «à grande vitesse, les nouvelles lois d’Einstein prédisent la règle de contraction de Lorentz, selon laquelle les objets en mouvement rapide rétrécissent dans le sens de leur déplacement. Elles entraînent aussi la dilatation du temps, de sorte qu’une horloge en mouvement avance plus lentement qu’une horloge stationnaire. Selon ce principe, une masse qui voyagerait à 99% de la vitesse de la lumière pendant un an, on constaterait en revenant sur Terre que sept ans se sont écoulées.

???????????????????????????????? Pas sûr, c’est plutôt contradictoire. Au contraire ça prolongerait le délais??????????????

________________________________________

Que se passe-t-il au niveau atomique lorsque la matière passe de l’état gazeux à l’état liquide, à l’état solide et de plasma. Quels sont les caractéristiques qui peuvent influencer ces divers états :

  • La température
  • Distance entre les atomes et/ou les molécules
  • La vitesse (des particules subatomiques, le déplacement des atomes, l’entrechoquement des molécules)
  • La pression

Quel est l’état de la matière formant une naine blanche, les particules de ses atomes se contractant dans un volume minimal?

Le champ gravitationnel varie en fonction des masses en présence. Ainsi la Lune est en orbite autour de la Terre grâce au champ gravitationnel de la Terre en force en fonction de sa masse (MT) compte tenu de la masse lunaire (ML) et de la vitesse des particules en accrétion à son origine. Comment se comporte le champ gravitationnel de la Lune et son espace-temps déformé par sa masse (ML) par rapport au champ gravitationnel de la Terre créé par (ou dans) la déformation de l’espace-temps par la masse de la Terre. Quant est-il du champ gravitationnel du boulet de canon et de son espace-temps tenant compte de sa faible masse et sa faible vitesse? Son champs gravitationnel et la déformation de l’espace-temps de ce boulet de canon est-il inexistant au départ ou annihilé par la masse prépondérante de la Terre? Quant est-il de deux corps en interaction orbitale sensiblement de même masse et de même vitesse?

La Genèse commentée

Le livre de la Genèse est le premier livre de la Bible qui raconte la genèse de l’humanité. Si vous n’avez jamais lu la Bible, nous vous conseillons de débuter par la lecture de l’histoire de Jésus dans l’évangile raconté par Luc (livre 42). 


En construction…

Genèse 1

1.1
 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.
Les étoiles de première génération naissaient de nébuleuses planétaires lesquelles originent de 13.6 milliards d’années environ (quelques 200 millions d’années après le Big bang).
Le Soleil, étoile de seconde ou de troisième génération fut créé il y a maintenant environ 4.57 milliards d’années.
1.2
 La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.
La Terre provient de l’accrétion de matière, résidu de la nébuleuse planétaire solaire et origine de 4.55 milliards d’années.
1.3
 Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut.
La lumière provient des étoiles.
1.4
 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.
1.5
 Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour.
1.6
 Dieu dit: Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux.
Il semble que nous soyons en présence des eaux au-dessus du ciel. Très certainement les nuages qui déversent régulièrement leurs eaux vers le sol. Les autres eaux étant l’eau des mers, les océans, les fleuves et rivières.
1.7
 Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi.
1.8
 Dieu appela l’étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour.
1.9
 Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi.
1.10
 Dieu appela le sec terre, et il appela l’amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon.
1.11
 Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.
1.12
 La terre produisit de la verdure, de l’herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.
Nous pouvons constater que tous ces XXXXXX ne sont pas en présence du Soleil pour la photosynthèse.
1.13
 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.
1.14
 Dieu dit: Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années;
1.15
 et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.
1.16
 Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles.
Le Soleil provient d’une nébuleuse planétaire et origine de 4.57 milliards d’années.
La Lune proviendrait de l’impact d’un astre en formation qui aurait percuté la Terre il y a environ 4.52 milliards d’années.
 
1.17
 Dieu les plaça dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre,
1.18
 pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon.
1.19
 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour.
1.20
 Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l’étendue du ciel.
1.21
 Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.
L’ère primaire – paléozoïque: l’ère des poissons et des amphibiens.
1.22
 Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre.
1.23
 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour.
1.24
 Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi.
L’ère secondaire – mésozoïque: l’ère des reptiles (incluant les oiseaux).
L’ère tertiaire – cénozoïque: l’ère des mammifères.
1.25
 Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.
1.26
 Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
1.27
 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.
L’ère quaternaire: l’ère de l’Homme.
1.28
 Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.
1.29
 Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.
1.30
 Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.
1.31
 Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.

Genèse 2

2.1
 Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée.
2.2
 Dieu acheva au septième jour son oeuvre, qu’il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu’il avait faite.
2.3
 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son oeuvre qu’il avait créée en la faisant.
2.4
 Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés.
2.5
 Lorsque l’Éternel Dieu fit une terre et des cieux, aucun arbuste des champs n’était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car l’Éternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol.
2.6
 Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol.
La période des volcans.
2.7
 L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.
Il y a 6 millions d’années (cetains parlent de 17 millions d’années) environ (DAC, dernier ancêtre commun).
2.8
 Puis l’Éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l’orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé.
2.9
 L’Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
2.10
 Un fleuve sortait d’Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras.
2.11
 Le nom du premier est Pischon; c’est celui qui entoure tout le pays de Havila, où se trouve l’or.
2.12
 L’or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d’onyx.
2.13
 Le nom du second fleuve est Guihon; c’est celui qui entoure tout le pays de Cusch.
2.14
 Le nom du troisième est Hiddékel; c’est celui qui coule à l’orient de l’Assyrie. Le quatrième fleuve, c’est l’Euphrate.
2.15
 L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder.
2.16
 L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin;
2.17
 mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.
2.18
 L’Éternel Dieu dit: Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui.
2.19
 L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme.
2.20
 Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui.
2.21
 Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.
2.22
 L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme.
2.23
 Et l’homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme.
2.24
 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.
2.25
 L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte.

Genèse 3

3.1
 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin?
3.2
 La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.
3.3
 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.
3.4
 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point;
3.5
 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.
3.6
 La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea.
3.7
 Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.
3.8
 Alors ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.
3.9
 Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu?
3.10
 Il répondit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.
3.11
 Et l’Éternel Dieu dit: Qui t’a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger?
3.12
 L’homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé.
3.13
 Et l’Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé.
3.14
 L’Éternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.
3.15
 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.
3.16
 Il dit à la femme: J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.
3.17
 Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,
3.18
 il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs.
3.19
 C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.
3.20
 Adam donna à sa femme le nom d’Eve: car elle a été la mère de tous les vivants.
3.21
 L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.
3.22
 L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement.
3.23
 Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Éden, pour qu’il cultivât la terre, d’où il avait été pris.
3.24
 C’est ainsi qu’il chassa Adam; et il mit à l’orient du jardin d’Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie.

Genèse 4

4.1
 Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit: J’ai formé un homme avec l’aide de l’Éternel.
4.2
 Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.
4.3
 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l’Éternel une offrande des fruits de la terre;
4.4
 et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande;
4.5
 mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.
4.6
 Et l’Éternel dit à Caïn: Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu?
4.7
 Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi: mais toi, domine sur lui.
4.8
 Cependant, Caïn adressa la parole à son frère Abel; mais, comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua.
4.9
 L’Éternel dit à Caïn: Où est ton frère Abel? Il répondit: Je ne sais pas; suis-je le gardien de mon frère?
4.10
 Et Dieu dit: Qu’as-tu fait? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi.
4.11
 Maintenant, tu seras maudit de la terre qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère.
4.12
 Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa richesse. Tu seras errant et vagabond sur la terre.
4.13
 Caïn dit à l’Éternel: Mon châtiment est trop grand pour être supporté.
4.14
 Voici, tu me chasses aujourd’hui de cette terre; je serai caché loin de ta face, je serai errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera.
4.15
 L’Éternel lui dit: Si quelqu’un tuait Caïn, Caïn serait vengé sept fois. Et l’Éternel mit un signe sur Caïn pour que quiconque le trouverait ne le tuât point.
4.16
 Puis, Caïn s’éloigna de la face de l’Éternel, et habita dans la terre de Nod, à l’orient d’Éden.
4.17
 Caïn connut sa femme; elle conçut, et enfanta Hénoc. Il bâtit ensuite une ville, et il donna à cette ville le nom de son fils Hénoc.
4.18
 Hénoc engendra Irad, Irad engendra Mehujaël, Mehujaël engendra Metuschaël, et Metuschaël engendra Lémec.
4.19
 Lémec prit deux femmes: le nom de l’une était Ada, et le nom de l’autre Tsilla.
4.20
 Ada enfanta Jabal: il fut le père de ceux qui habitent sous des tentes et près des troupeaux.
4.21
 Le nom de son frère était Jubal: il fut le père de tous ceux qui jouent de la harpe et du chalumeau.
4.22
 Tsilla, de son côté, enfanta Tubal Caïn, qui forgeait tous les instruments d’airain et de fer. La soeur de Tubal Caïn était Naama.
4.23
 Lémec dit à ses femmes: Ada et Tsilla, écoutez ma voix! Femmes de Lémec, écoutez ma parole! J’ai tué un homme pour ma blessure, Et un jeune homme pour ma meurtrissure.
4.24
 Caïn sera vengé sept fois, Et Lémec soixante-dix-sept fois.
4.25
 Adam connut encore sa femme; elle enfanta un fils, et l’appela du nom de Seth, car, dit-elle, Dieu m’a donnée un autre fils à la place d’Abel, que Caïn a tué.
4.26
 Seth eut aussi un fils, et il l’appela du nom d’Énosch. C’est alors que l’on commença à invoquer le nom de l’Éternel.

Genèse 5

5.1
 Voici le livre de la postérité d’Adam. Lorsque Dieu créa l’homme, il le fit à la ressemblance de Dieu.
5.2
 Il créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme, lorsqu’ils furent créés.
5.3
 Adam, âgé de cent trente ans, engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth.
5.4
 Les jours d’Adam, après la naissance de Seth, furent de huit cents ans; et il engendra des fils et des filles.
5.5
 Tous les jours qu’Adam vécut furent de neuf cent trente ans; puis il mourut.
5.6
 Seth, âgé de cent cinq ans, engendra Énosch.
5.7
 Seth vécut, après la naissance d’Énosch, huit cent sept ans; et il engendra des fils et des filles.
5.8
 Tous les jours de Seth furent de neuf cent douze ans; puis il mourut.
5.9
 Énosch, âgé de quatre-vingt-dix ans, engendra Kénan.
5.10
 Énosch vécut, après la naissance de Kénan, huit cent quinze ans; et il engendra des fils et des filles.
5.11
 Tous les jours d’Énosch furent de neuf cent cinq ans; puis il mourut.
5.12
 Kénan, âgé de soixante-dix ans, engendra Mahalaleel.
5.13
 Kénan vécut, après la naissance de Mahalaleel, huit cent quarante ans; et il engendra des fils et des filles.
5.14
 Tous les jours de Kénan furent de neuf cent dix ans; puis il mourut.
5.15
 Mahalaleel, âgé de soixante-cinq ans, engendra Jéred.
5.16
 Mahalaleel vécut, après la naissance de Jéred, huit cent trente ans; et il engendra des fils et des filles.
5.17
 Tous les jours de Mahalaleel furent de huit cent quatre-vingt-quinze ans; puis il mourut.
5.18
 Jéred, âgé de cent soixante-deux ans, engendra Hénoc.
5.19
 Jéred vécut, après la naissance d’Hénoc, huit cents ans; et il engendra des fils et des filles.
5.20
 Tous les jours de Jéred furent de neuf cent soixante-deux ans; puis il mourut.
5.21
 Hénoc, âgé de soixante-cinq ans, engendra Metuschélah.
5.22
 Hénoc, après la naissance de Metuschélah, marcha avec Dieu trois cents ans; et il engendra des fils et des filles.
5.23
 Tous les jours d’Hénoc furent de trois cent soixante-cinq ans.
5.24
 Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit.
5.25
 Metuschélah, âgé de cent quatre-vingt-sept ans, engendra Lémec.
5.26
 Metuschélah vécut, après la naissance de Lémec, sept cent quatre-vingt deux ans; et il engendra des fils et des filles.
5.27
 Tous les jours de Metuschélah furent de neuf cent soixante-neuf ans; puis il mourut.
5.28
 Lémec, âgé de cent quatre-vingt-deux ans, engendra un fils.
5.29
 Il lui donna le nom de Noé, en disant: Celui-ci nous consolera de nos fatigues et du travail pénible de nos mains, provenant de cette terre que l’Éternel a maudite.
5.30
 Lémec vécut, après la naissance de Noé, cinq cent quatre-vingt-quinze ans; et il engendra des fils et des filles.
5.31
 Tous les jours de Lémec furent de sept cent soixante-dix sept ans; puis il mourut.
5.32
 Noé, âgé de cinq cents ans, engendra Sem, Cham et Japhet.

Genèse 6

6.1
 Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées,
6.2
 les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent.
6.3
 Alors l’Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.
6.4
 Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité.
6.5
 L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.
6.6
 L’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son coeur.
6.7
 Et l’Éternel dit: J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faits.
6.8
 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Éternel.
6.9
 Voici la postérité de Noé. Noé était un homme juste et intègre dans son temps; Noé marchait avec Dieu.
6.10
 Noé engendra trois fils: Sem, Cham et Japhet.
6.11
 La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence.
6.12
 Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.
6.13
 Alors Dieu dit à Noé: La fin de toute chair est arrêtée par devers moi; car ils ont rempli la terre de violence; voici, je vais les détruire avec la terre.
6.14
 Fais-toi une arche de bois de gopher; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors.
6.15
 Voici comment tu la feras: l’arche aura trois cents coudées de longueur, cinquante coudées de largeur et trente coudées de hauteur.
6.16
 Tu feras à l’arche une fenêtre, que tu réduiras à une coudée en haut; tu établiras une porte sur le côté de l’arche; et tu construiras un étage inférieur, un second et un troisième.
6.17
 Et moi, je vais faire venir le déluge d’eaux sur la terre, pour détruire toute chair ayant souffle de vie sous le ciel; tout ce qui est sur la terre périra.
6.18
 Mais j’établis mon alliance avec toi; tu entreras dans l’arche, toi et tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi.
6.19
 De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi: il y aura un mâle et une femelle.
6.20
 Des oiseaux selon leur espèce, du bétail selon son espèce, et de tous les reptiles de la terre selon leur espèce, deux de chaque espèce viendront vers toi, pour que tu leur conserves la vie.
6.21
 Et toi, prends de tous les aliments que l’on mange, et fais-en une provision auprès de toi, afin qu’ils te servent de nourriture ainsi qu’à eux.
6.22
 C’est ce que fit Noé: il exécuta tout ce que Dieu lui avait ordonné.

Genèse 7

7.1
 L’Éternel dit à Noé: Entre dans l’arche, toi et toute ta maison; car je t’ai vu juste devant moi parmi cette génération.
7.2
 Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle; une paire des animaux qui ne sont pas purs, le mâle et sa femelle;
7.3
 sept couples aussi des oiseaux du ciel, mâle et femelle, afin de conserver leur race en vie sur la face de toute la terre.
7.4
 Car, encore sept jours, et je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de la face de la terre tous les êtres que j’ai faits.
7.5
 Noé exécuta tout ce que l’Éternel lui avait ordonné.
7.6
 Noé avait six cents ans, lorsque le déluge d’eaux fut sur la terre.
7.7
 Et Noé entra dans l’arche avec ses fils, sa femme et les femmes de ses fils, pour échapper aux eaux du déluge.
7.8
 D’entre les animaux purs et les animaux qui ne sont pas purs, les oiseaux et tout ce qui se meut sur la terre,
7.9
 il entra dans l’arche auprès de Noé, deux à deux, un mâle et une femelle, comme Dieu l’avait ordonné à Noé.
7.10
 Sept jours après, les eaux du déluge furent sur la terre.
7.11
 L’an six cent de la vie de Noé, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent.
7.12
 La pluie tomba sur la terre quarante jours et quarante nuits.
7.13
 Ce même jour entrèrent dans l’arche Noé, Sem, Cham et Japhet, fils de Noé, la femme de Noé et les trois femmes de ses fils avec eux:
7.14
 eux, et tous les animaux selon leur espèce, tout le bétail selon son espèce, tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, tous les oiseaux selon leur espèce, tous les petits oiseaux, tout ce qui a des ailes.
7.15
 Ils entrèrent dans l’arche auprès de Noé, deux à deux, de toute chair ayant souffle de vie.
7.16
 Il en entra, mâle et femelle, de toute chair, comme Dieu l’avait ordonné à Noé. Puis l’Éternel ferma la porte sur lui.
7.17
 Le déluge fut quarante jours sur la terre. Les eaux crûrent et soulevèrent l’arche, et elle s’éleva au-dessus de la terre.
7.18
 Les eaux grossirent et s’accrurent beaucoup sur la terre, et l’arche flotta sur la surface des eaux.
7.19
 Les eaux grossirent de plus en plus, et toutes les hautes montagnes qui sont sous le ciel entier furent couvertes.
7.20
 Les eaux s’élevèrent de quinze coudées au-dessus des montagnes, qui furent couvertes.
7.21
 Tout ce qui se mouvait sur la terre périt, tant les oiseaux que le bétail et les animaux, tout ce qui rampait sur la terre, et tous les hommes.
7.22
 Tout ce qui avait respiration, souffle de vie dans ses narines, et qui était sur la terre sèche, mourut.
7.23
 Tous les êtres qui étaient sur la face de la terre furent exterminés, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel: ils furent exterminés de la terre. Il ne resta que Noé, et ce qui était avec lui dans l’arche.
7.24
 Les eaux furent grosses sur la terre pendant cent cinquante jours.

Genèse 8

8.1
 Dieu se souvint de Noé, de tous les animaux et de tout le bétail qui étaient avec lui dans l’arche; et Dieu fit passer un vent sur la terre, et les eaux s’apaisèrent.
8.2
 Les sources de l’abîme et les écluses des cieux furent fermées, et la pluie ne tomba plus du ciel.
8.3
 Les eaux se retirèrent de dessus la terre, s’en allant et s’éloignant, et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours.
8.4
 Le septième mois, le dix-septième jour du mois, l’arche s’arrêta sur les montagnes d’Ararat.
8.5
 Les eaux allèrent en diminuant jusqu’au dixième mois. Le dixième mois, le premier jour du mois, apparurent les sommets des montagnes.
8.6
 Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre qu’il avait faite à l’arche.
8.7
 Il lâcha le corbeau, qui sortit, partant et revenant, jusqu’à ce que les eaux eussent séché sur la terre.
8.8
 Il lâcha aussi la colombe, pour voir si les eaux avaient diminué à la surface de la terre.
8.9
 Mais la colombe ne trouva aucun lieu pour poser la plante de son pied, et elle revint à lui dans l’arche, car il y avait des eaux à la surface de toute la terre. Il avança la main, la prit, et la fit rentrer auprès de lui dans l’arche.
8.10
 Il attendit encore sept autres jours, et il lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche.
8.11
 La colombe revint à lui sur le soir; et voici, une feuille d’olivier arrachée était dans son bec. Noé connut ainsi que les eaux avaient diminué sur la terre.
8.12
 Il attendit encore sept autres jours; et il lâcha la colombe. Mais elle ne revint plus à lui.
8.13
 L’an six cent un, le premier mois, le premier jour du mois, les eaux avaient séché sur la terre. Noé ôta la couverture de l’arche: il regarda, et voici, la surface de la terre avait séché.
8.14
 Le second mois, le vingt-septième jour du mois, la terre fut sèche.
8.15
 Alors Dieu parla à Noé, en disant:
8.16
 Sors de l’arche, toi et ta femme, tes fils et les femmes de tes fils avec toi.
8.17
 Fais sortir avec toi tous les animaux de toute chair qui sont avec toi, tant les oiseaux que le bétail et tous les reptiles qui rampent sur la terre: qu’ils se répandent sur la terre, qu’ils soient féconds et multiplient sur la terre.
8.18
 Et Noé sortit, avec ses fils, sa femme, et les femmes de ses fils.
8.19
 Tous les animaux, tous les reptiles, tous les oiseaux, tout ce qui se meut sur la terre, selon leurs espèces, sortirent de l’arche.
8.20
 Noé bâtit un autel à l’Éternel; il prit de toutes les bêtes pures et de tous les oiseaux purs, et il offrit des holocaustes sur l’autel.
8.21
 L’Éternel sentit une odeur agréable, et l’Éternel dit en son coeur: Je ne maudirai plus la terre, à cause de l’homme, parce que les pensées du coeur de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse; et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l’ai fait.
8.22
 Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l’été et l’hiver, le jour et la nuit ne cesseront point.

Genèse 9

9.1
 Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit: Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre.
9.2
 Vous serez un sujet de crainte et d’effroi pour tout animal de la terre, pour tout oiseau du ciel, pour tout ce qui se meut sur la terre, et pour tous les poissons de la mer: ils sont livrés entre vos mains.
9.3
 Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture: je vous donne tout cela comme l’herbe verte.
9.4
 Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang.
9.5
 Sachez-le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme, à l’homme qui est son frère.
9.6
 Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé; car Dieu a fait l’homme à son image.
9.7
 Et vous, soyez féconds et multipliez, répandez-vous sur la terre et multipliez sur elle.
9.8
 Dieu parla encore à Noé et à ses fils avec lui, en disant:
9.9
 Voici, j’établis mon alliance avec vous et avec votre postérité après vous;
9.10
 avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, tant les oiseaux que le bétail et tous les animaux de la terre, soit avec tous ceux qui sont sortis de l’arche, soit avec tous les animaux de la terre.
9.11
 J’établis mon alliance avec vous: aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n’y aura plus de déluge pour détruire la terre.
9.12
 Et Dieu dit: C’est ici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à toujours:
9.13
 j’ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d’alliance entre moi et la terre.
9.14
 Quand j’aurai rassemblé des nuages au-dessus de la terre, l’arc paraîtra dans la nue;
9.15
 et je me souviendrai de mon alliance entre moi et vous, et tous les êtres vivants, de toute chair, et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair.
9.16
 L’arc sera dans la nue; et je le regarderai, pour me souvenir de l’alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants, de toute chair qui est sur la terre.
9.17
 Et Dieu dit à Noé: Tel est le signe de l’alliance que j’établis entre moi et toute chair qui est sur la terre.
9.18
 Les fils de Noé, qui sortirent de l’arche, étaient Sem, Cham et Japhet. Cham fut le père de Canaan.
9.19
 Ce sont là les trois fils de Noé, et c’est leur postérité qui peupla toute la terre.
9.20
 Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne.
9.21
 Il but du vin, s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente.
9.22
 Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères.
9.23
 Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons, et couvrirent la nudité de leur père; comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père.
9.24
 Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet.
9.25
 Et il dit: Maudit soit Canaan! qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères!
9.26
 Il dit encore: Béni soit l’Éternel, Dieu de Sem, et que Canaan soit leur esclave!
9.27
 Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave!
9.28
 Noé vécut, après le déluge, trois cent cinquante ans.
9.29
 Tous les jours de Noé furent de neuf cent cinquante ans; puis il mourut.

Genèse 10

10.1
 Voici la postérité des fils de Noé, Sem, Cham et Japhet. Il leur naquit des fils après le déluge.
10.2
 Les fils de Japhet furent: Gomer, Magog, Madaï, Javan, Tubal, Méschec et Tiras.
10.3
 Les fils de Gomer: Aschkenaz, Riphat et Togarma.
10.4
 Les fils de Javan: Élischa, Tarsis, Kittim et Dodanim.
10.5
 C’est par eux qu’ont été peuplées les îles des nations selon leurs terres, selon la langue de chacun, selon leurs familles, selon leurs nations.
10.6
 Les fils de Cham furent: Cusch, Mitsraïm, Puth et Canaan.
10.7
 Les fils de Cusch: Saba, Havila, Sabta, Raema et Sabteca. Les fils de Raema: Séba et Dedan.
10.8
 Cusch engendra aussi Nimrod; c’est lui qui commença à être puissant sur la terre.
10.9
 Il fut un vaillant chasseur devant l’Éternel; c’est pourquoi l’on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l’Éternel.
10.10
 Il régna d’abord sur Babel, Érec, Accad et Calné, au pays de Schinear.
10.11
 De ce pays-là sortit Assur; il bâtit Ninive, Rehoboth Hir, Calach,
10.12
 et Résen entre Ninive et Calach; c’est la grande ville.
10.13
 Mitsraïm engendra les Ludim, les Anamim, les Lehabim, les Naphtuhim,
10.14
 les Patrusim, les Casluhim, d’où sont sortis les Philistins, et les Caphtorim.
10.15
 Canaan engendra Sidon, son premier-né, et Heth;
10.16
 et les Jébusiens, les Amoréens, les Guirgasiens,
10.17
 les Héviens, les Arkiens, les Siniens,
10.18
 les Arvadiens, les Tsemariens, les Hamathiens. Ensuite, les familles des Cananéens se dispersèrent.
10.19
 Les limites des Cananéens allèrent depuis Sidon, du côté de Guérar, jusqu’à Gaza, et du côté de Sodome, de Gomorrhe, d’Adma et de Tseboïm, jusqu’à Léscha.
10.20
 Ce sont là les fils de Cham, selon leurs familles, selon leurs langues, selon leurs pays, selon leurs nations.
10.21
 Il naquit aussi des fils à Sem, père de tous les fils d’Héber, et frère de Japhet l’aîné.
10.22
 Les fils de Sem furent: Élam, Assur, Arpacschad, Lud et Aram.
10.23
 Les fils d’Aram: Uts, Hul, Guéter et Masch.
10.24
 Arpacschad engendra Schélach; et Schélach engendra Héber.
10.25
 Il naquit à Héber deux fils: le nom de l’un était Péleg, parce que de son temps la terre fut partagée, et le nom de son frère était Jokthan.
10.26
 Jokthan engendra Almodad, Schéleph, Hatsarmaveth, Jérach,
10.27
 Hadoram, Uzal, Dikla,
10.28
 Obal, Abimaël, Séba,
10.29
 Ophir, Havila et Jobab. Tous ceux-là furent fils de Jokthan.
10.30
 Ils habitèrent depuis Méscha, du côté de Sephar, jusqu’à la montagne de l’orient.
10.31
 Ce sont là les fils de Sem, selon leurs familles, selon leurs langues, selon leurs pays, selon leurs nations.
10.32
 Telles sont les familles des fils de Noé, selon leurs générations, selon leurs nations. Et c’est d’eux que sont sorties les nations qui se sont répandues sur la terre après le déluge.

Un nouveau venu Homo

Si vous ne voulez pas entreprendre la lecture de centaines d’heures dans les livres traitant de l’origine de l’Homme sur la Terre, mais que vous souhaitez tout de même avoir la réponse la plus probable à ce jour et prendre connaissance de ce qui apparaît être l’hypothèse la plus réaliste compte tenu de l’avancé des fouilles archéologiques et anthropologiques ainsi que des analyses sur le sujet, je vous invite à lire le texte ci-dessous de Pascal PicQ, paléoanthropologue, auteur de «Le monde a-t-il été créé en sept jours?», 2009.

Un nouveau venu Homo
C’est toujours au cœur de cette Afrique des origines, et dans cette communauté très diversifiée des paranthropes (5) (8) (7) et des «premiers hommes», qu’apparaît Homo ergaster (11), un homme incontestable, vers 2 millions d’années. Il émerge depuis les Homo habilis (10) au sens large, mais pas forcément en Afrique de l’Est puisqu’on le retrouve très vite à Dmanisi en Géorgie, il y a 1.7 million d’années, peut-être avant dans d’autres sites archéologiques d’Asie.
On dit qu’il devait posséder un langage complexe pour engager une telle aventure : celui du premier hominidé complètement affranchi du monde des arbres. C’est peu probable puisqu’il migre avec ses communautés écologiques en compagnie des lions, des guépards, des antilopes, des éléphants… Ses atouts sont sa grande taille, une bipédie très performante comme la nôtre – dont nous avons en fait hérité -, un plus gros cerveau, et des mœurs d’un redoutable prédateur. Cependant, il ne tarde pas à innover : il utilise le feu depuis plus de 1.5 millions d’années (NDLR: Sans nécessairement le maîtriser, ce qu’Homo parvient à faire vers 500 000 ans BP), taille de superbes bifaces symétriques et construis des abris. Bientôt, il emménage dans des grottes et des abris sous roche, construit des abris et emploie de l’ocre.
À ce moment de notre évolution, toutes les autres branches de notre famille africaine disparaissent, d’abord les «premiers hommes» directement en concurrence avec Homo ergaster (11), puis les paranthropes (7) (8) vers 1 million d’années. Que devaient penser ces derniers paranthropes (8), accrochés la nuit dans leurs arbres, qui voyaient ces hommes redoutables regroupés autour du feu et défiant les dangers de la savane. Ils s’éteignent définitivement alors que les Homo ergaster éclairent de plus en plus les mondes de la nuit.
Les populations d’Homo se dispersent en Afrique, en Europe et en Asie. Plus tard, vers 700 000 ans, se dessinent plusieurs branches, autrement dit, plusieurs espèces humaines. En Europe, ils deviennent hommes de Neandertal (14); en Afrique et au Proche-Orient les Homo sapiens (15) – nous -, et sur l’immense Asie, les Homo erectus (12) : les hommes de Pékin et de Java et les petits hommes de Florès. Depuis 100 000 ans, ces hommes se rencontrent, notamment au Proche-Orient, carrefour de toutes les humanités. Ils cohabitent pendant des dizaines de milliers d’années, parfois s’évitant, s’agressant, échangeant, liant des amitiés… Puis, vers 60 000 ans, de nouveaux Homo sapiens (15) entament leur expansion. Bientôt, ils sont partout sur la Terre, ayant poussé les autres hommes vers la fin de la préhistoire.
Ont-ils conscience qu’ils sont les derniers survivants d’une lignée jadis florissantes en Afrique, terre des origines? Après avoir conquis le monde, les hommes commencent d’autres quêtes comme celles des origines nourries de leur imaginaire et de leurs besoins de sens. Quel étrange paradoxe : une seule espèce d’homme partout sur la Terre, ignorante de ses origines naturelles et s’inventant des récits sur les origines du monde. Ainsi commence le temps du mythe!

Il était une fois la création…

(en construction)

Image

Au commencement…était l’inconnu. Il est impossible, aujourd’hui encore, de dire ce qui s’est passé à « l’instant zéro ». Ni même s’il a existé. Car ce point très spécial, où la température et la densité de l’Univers semblent diverger vers l’infini, tient la physique actuelle en échecs. « Nous ne savons presque rien sur l’instant zéro car les lois de la physique que nous connaissons ne permettent pas de remonter avant l’instant t = 10-43 seconde, dit Carlo Rovelli, chercheur au Centre physique théorique de Luminy (Marseille). En fait, il est possible que l’Univers n’ait pas connu l’instant zéro, et si cet instant a existé, il n’a certainement pas ressemblé à l’explosion d’une bombe ».

L’espace et le temps sont-ils apparus à ce moment-là ? Existait-il quelque chose « avant » ? Pour les physiciens en tous cas, l’histoire de l’Univers commence une fraction de seconde après le big-bang. Plus exactement 10-43 seconde après le big-bang, soit 0,0…(42 x 0 après le point)…01.

Image

Le Big Bang, la théorie

Principalement, a l’instant « 0 » (tout juste avant le grand Boum), on suppose que l’Univers avait une densité et une température infinie, mais aussi minuscule (encore plus petit qu’une pointe d’aiguille!) À ce propos, dépendemmant des livres traitant le sujet nous avons des références de dimensions variées allant de la taille nulle (Petite histoire de l’Univers, Stephen W. Hawking) à 10-33 cm (équivalent à la dimension de la corde)  jusqu’à la grosseur d’une balle de golf). Selon la théorie du « modèle standard », immédiatement après le big-bang, la température atteint 10-32 degrés. Trois minutes plus tard (à 100 secondes selon Hawking), elle s’élève encore à 1 milliard de degrés.

Voici les différentes étapes de la théorie:

Avant 10-43 seconde, les quatre forces fondamentales de la nature, l’interaction (synonyme de « force ») gravitationnelle, la force électromagnétique et les forces nucléaires forte et faible, ne sont pas distinctes comme de nos jours, mais unifiées en une seule interaction fondamentale que nous ne savons toujours pas décrire correctement.

10-43 secondes: l’univers aurait environ 10-33 cm de diamètre soit 10 millions de millards de fois plus petit qu’un atome d’hydrogène. Sa température est de 10-32 Kelvin.

À ce moment, aussi appelé temps de Planck , la température a suffisamment baissé pour que la force gravitationnelle se sépare des trois autres interactions (la force électronucléaire forte (qui regroupe l’interaction forte et électrofaible). C’est à partir de ce moment que la physique permet de comprendre les différents phénomènes qui se produisent. La gravité sera dorénavant décrite en 1915 par la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein, les trois autres forces par la mécanique quantique qui a établi ses bases au XXe siècle sous la gouverne des Neil Bohr (les nuages d’électrons, les orbitales), Werner Heisenberg (principe d’incertitude), Paul Dirac (l’antimatière), Wolfgang Pauli (inventions des neutrinos en 1930), Erwin Schrödinger (expérience de pensée, le chat de…), Richard Feynman (les équations…), xxx…

10-35 secondes: l’univers a une température de 10-28 Kelvin. L’interaction forte (qui lie les noyaux) et l’interaction électrofaible (qui regroupe l’interaction faible et l’interaction électromagnétique) se séparent.

10-32 secondes: l’univers a une température de 10-25 Kelvin et mesure quelques centimètres.

10-12 secondes: l’univers a une température de 10-15 Kelvin et mesure 300 millions de kilomètres (équivalent au diamètre de l’orbite de la Terre). L’interaction électrofaible se dissocie en interaction faible et interaction électromagnétique.

De 10-6 à 1 seconde: l’univers a une température de 10-13 Kelvin. Des baryons et des antibaryons (résultant du regroupement des quarks) se détruisent mais un peu de baryons reste pour former la matière visible.Ainsi, à un millionième de seconde, les quarks sont devenus suffisamment dociles pour que la force nucléaire forte soit capable de les contraindre à vivre en groupe de deux ou trois. C’est l’apparition des nucléons qui composeront plus tard les noyaux atomiques : proton et neutron. Les quarks ne seront quant à eux jamais revus à l’état isolé.

 

 

De 10-4 à 1 seconde: l’univers a une température de 1010 Kelvin (10 milliards de degrés). Une seconde après le Big Bang, l’Univers devait se composer essentiellement de photons, d’électrons et de neutrinos, et de leurs antiparticules, accompagnés de quelques protons et neutrons.  Comme les baryons, les leptons et antileptons s’annihilent et des leptons survivent, mais la température empêche encore les atomes de se former. Les neutrinos se séparent de la matière.

De 1 à 3 minutes: l’univers a une température d’un million de Kelvin, ce qui permet aux premiers atomes de se former: protons et neutrons s’assemblent pour former des noyaux d’hydrogène H, d’hélium He, certains de leurs isotopes et quelques noyaux un peu plus lourd lithium…), mais il faudra attendre les étoiles et les réactions de fusion thermonucléaire pour que les atomes « lourds » tel que le carbone ou l’hydrogène apparaissent.

Ainsi, les particules se lient par l’intermédiaire des forces fondamentales, faisant apparaître les premiers noyaux, essentiellement de l’hydrogène et de l’hélium. Mais l’univers est encore opaque, car matière et lumière sont intimement enchevêtrées. Re : « Les énigmes de l’Univers », Science et vie.

L’abondance de l’hydrogène (73%) et de l’hélium (25%) apporte une forte contrainte sur la densité du cosmos. Ce point a été popularisé, en France, par les astrophysiciens Hubert Reeves et Jean Audouze. Le fond diffus du ciel, lui, sera mesuré par les satellites Cobe en 1992, Wmap en 2003 et bientôt Planck en 2013. Actuellement (2012), les paramètres de la densité de l’Univers sont désormais connus avec une précision de 2%. Re: Cnrs (Conseil national de la recherche scientifique en France)

De 1 minute à 10 000 ans: l’univers se calme un peu et la matière se rassemble en grumeaux qui formeront plus tard les galaxies et amas de galaxies. Ainsi, une centaine de secondes après le Big Bang, la température de l’Univers évaluée à un milliard de degré, contient environ sept protons pour un neutron. Les photons ont encore perdu de l’énergie et ne peuvent plus empêcher protons et neutrons de s’associer de façon durable. C’est l’époque de la nucléosynthèse primordiale, pendant laquelle apparaissent les premiers noyaux complexes, en particulier l’hélium, et, dans des proportions moindres, le deutérium et le lithium.

Le processus commence avec environ 2 neutrons disponibles pour 14 protons, d’où l’on peut déduire une proportion finale d’un noyau d’hélium pour 12 protons, soit, en considérant plutôt la masse, 25 pour 12 protons, soit, en considérant plutôt la masse, 25 pour cent d’hélium et 75 pour cent d’hydrogène. Ces prédictions correspondent parfaitement à ce que l’on peut observer par l’expérience. Cette composition chimique globale n’a guère changé depuis.

Après des premières secondes plutôt mouvementées, l’évolution de l’Univers va se faire à un rythme beaucoup plus lent. Le dernier événement majeur que l’on place encore dans l’ère du Big Bang ne se produira qu’après 380 000 ans d’expansion, lorsque la température de l’Univers atteint les 3000 degrés.  Le cosmos se fait transparent.

Jusqu’à ce point, les photons possédaient une énergie suffisante pour détruire toute liaison qui se serait mise en place entre un noyau et un électron. Ceci avait deux conséquences : d’une part, la formation d’atomes stables était impossible, d’autre part, les photons n’avaient qu’une durée de vie très limitée puisqu’ils étaient absorbés par le premier atome venu.

La température ayant maintenant suffisamment baissé (à 3 000 degrés) pour que la matière se libère de la lumière: les premiers atomes se forment, la lumière se met à filer droit devant elle. C’est cette première lueur que nous observons sous le nom de rayonnement cosmologique fossile. Et déjà, on distingue sur la plus ancienne image de l’Univers de légers motifs  marbrés: ces infimes fluctuations de densité annoncent des futurs grands regroupements de matière.

Lorsque les photons perdent leur pouvoir de nuisance, noyaux et électrons peuvent finalement créer des liaisons durables et donner naissance à des ensembles stables : les premiers atomes d’hydrogène et d’hélium. En même temps, comme les photons n’interagissent plus guère, ils peuvent dorénavant se propager librement et l’Univers devient en quelque sorte transparent.

Après 380 000 ans, des noyaux captent des électrons: c’est la formation des premiers atomes. La lumière produite à compter de cette époque est toujours détectable de nos jours.

Après quelques centaines de millions d’années, les étoiles commencent à se former. Ainsi que les galaxies par la suite. Hawking inversant ce processus de formation étoiles-galaxies, privilégiant initialement la formation des galaxies se fragmentant en plus petits nuages qui se sont effondrés sous leur propre pesanteur pour former ensuite les étoiles.

L’Univers est maintenant prêt à accueillir la formation de nouvelles étoiles et planètes, ainsi que tous les phénomènes qui se produisent aujourd’hui.

Du fait de l’expansion, sa température a depuis beaucoup baissé et n’est plus que de 2,7 degrés au-dessus du zéro absolu. Son maximum d’intensité est aujourd’hui concentré dans le domaine radio et plus précisément dans les micro-ondes.

Le processus qui vient d’être décrit ici comporte cependant encore de nombreux points obscurs.

Parmi les 6 petites briques élémentaires de la matière, les quarks, seul le quark « bottom » a été observé, en 1977, sans qu’on ait au préalable soupçonné son existence. Avant lui, les quarks « up », « down », et strange » avaient été imaginés par le physicien américain Murray Gell-Mann en 1964 et découvert trois ans plus tard. Un quatrième, «charm », a enrichi la théorie en 1970, avant d’être débusqué en 1974. Quant au dernier, le quark « top », attendu depuis 1977 et découvert en 1995, il n’a été une surprise pour personne. Certes, l’électron, le muon et le tau, eux, ont été découverts avant d’être couché sur le papier. Mais leurs trois neutrinos associés, dont le premier est sorti de la tête de Wolfgang Pauli en 1930 et n’a été observé qu’en 1956, sont tous le fruit d’une spéculation mathématique.

Science et vie, août 2010.

Les physiciens ont désormais tellement confiance en leur capacité d’anticipation qu’ils ont construit le LHC, le nouvel accélérateur géant de particules du CERN, spécialement pour matérialiser le boson de Higgs, imaginé…en 1964!

La force gravitationnelle est responsable de l’attraction entre les masses. La force électromagnétique maintient la stabilité de l’atome. La force nucléaire forte permet notamment de lier les quarks entre eux, pour former par exemple des protons et des neutrons. La force nucléaire faible est responsable de la transmutation des particules.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=PGwPSPIhohk

Les photons transportent l’information de la lumière.

(en construction; 2012.05.08, 13:07)

Lire la suite…